Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Un médicament expérimental prometteur contre l'asthme sévère

Un médicament expérimental pourrait améliorer le sort des personnes souffrant d'une forme grave d'asthme et qui ne sont pas soulagées par les traitements habituels, selon une étude publiée dans la revue britannique Lancet Respiratory Medicine.

Un médicament expérimental prometteur contre l'asthme sévère © JurgaR/Istock.com

Lors d'un test réalisé sur un petit nombre de patients, le Fevipiprant, développé par le groupe pharmaceutique suisse Novartis, a entraîné une diminution notable de l'inflammation des voies respiratoires chez des patients atteints d'asthme sévère, rapporte l'étude.

Ce résultat était qualifié de « prometteur » par plusieurs experts qui ont toutefois souligné que des essais plus complets et plus longs seraient nécessaires avant que ce médicament puisse être proposé aux malades.

La plupart du temps d'origine allergique, l'asthme touche environ 6 à 7 % de la population adulte et environ 10 % des enfants de moins de dix ans. Soit au total quelques 5 millions de personnes au Royaume-Uni et 4 millions en France où il provoque quelques 900 décès par an.

La prise en charge consiste à éviter les facteurs qui déclenchent ou aggravent les crises d'asthme, et à proposer des traitements spécifiques, tels que des corticoïdes inhalés ou des traitements de fond pour contrôler la maladie.

Mais environ 5 % des asthmatiques sont atteints d'une forme sévère qui n'est pas contrôlable. Lors de l'essai mené sur une soixantaine de patients, la moitié d'entre eux ont reçu du Fevipiprant et l'autre moitié un placebo en plus de leurs médicaments habituels, pendant trois mois.

A l'issue des trois mois, les chercheurs ont observé que l'inflammation des voies respiratoires « éosinophiles » - une des caractéristique de l'asthme - était deux fois moindre chez les patients qui avaient pris du Fevipiprant que chez ceux qui avaient reçu un placebo. L'étude a été financée par Novartis ainsi que par l'Institut national du Royaume-Uni pour la recherche sur la santé.  

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici