Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Pollution de l’air : hausse des risques de cancer

L’exposition aux particules fines est associée à un risque accru de décès liés à de nombreux types de cancers.
En cause, des hydrocarbures et des métaux lourds générés par les transports et la production électrique qui se diffusent dans l’atmosphère.

D’un diamètre de 2,5 micromètres (Pm2,5), ces particules appelées « fines » s’infiltrent dans l’organisme par les voies respiratoires.

Pollution de l’air : hausse des risques de cancer ©iDesign_shutterstock.com

Des chercheurs* ont suivi 66 280 participants âgés de 65 ans ou plus entre 1998 et 2011.

D’après les résultats, publiés dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, le risque de décès de tout type de cancers confondus augmente de :

  • 22 % pour chaque augmentation de l’exposition de 10 microgrammes par mètre cube. Les décès constatés sont d’origine cardio-pulmonaire avec cancer du poumon.
  • Ce chiffre s’élève à 42 % concernant le risque de décès par cancer du système digestif.
  • Par ailleurs, le risque de décès par cancer touchant les organes digestifs secondaires — le foie, les voies biliaires, la vésicule biliaire et le pancréas — augmente de 35 %.

Les femmes les plus touchées

Le résultat le plus alarmant concerne les femmes. L’exposition de 10 microgrammes par mètre cube aux particules PM2,5 augmente les risques de décès par cancer du sein de 80 %. Chez les hommes, le chiffre augmente de 36 % les risques de cancer du poumon.
Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs évoquent des défauts de réparation de l’ADN, des altérations de la réponse immunitaire et une inflammation pouvant déclencher une angiogenèse qui permet aux tumeurs de se propager.

En conclusion, les scientifiques rappellent que malgré l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé, elle ne représente qu’un facteur parmi d’autres dans le développement des cancers. L’équilibre alimentaire et l’exercice physique sont des facteurs de risque plus significatifs que l’on peut modifier plus facilement.

*De l'université de Birmingham et de Hong Kong

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER