Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Octobre rose : 5 conseils à adopter pour prévenir le cancer du sein

Chaque année, le mois d’octobre est dédié à la sensibilisation au cancer du sein. A l’occasion de l’opération Octobre rose, découvrez cinq bonnes habitudes à prendre au quotidien pour lutter contre cette maladie qui touche de plus en plus de femmes dans le monde.

Octobre rose : 5 conseils à adopter pour prévenir le cancer du sein ©margouillat photoshutterstock

1. Pratiquez une activité physique

Selon une étude américaine parue en juin 2016, menée sur 1,4 million de personnes, le risque de développer 13 types de cancers se réduisait si les sujets suivis augmentaient leur activité sportive. Faire du sport plus régulièrement abaissait ainsi le danger de contracter un cancer du sein de 10 %.

Ce n’est pas tout, des recherches canadiennes, dévoilées en septembre 2015, ont prouvé qu’en doublant la pratique sportive hebdomadaire, c’est-à-dire en passant de 150 à 300 minutes, les femmes en post-ménopause risquaient moins de développer la maladie, en particulier les femmes obèses.

2. Achetez des fruits

Aux Etats-Unis, une enquête révélée par The BMJ, en mai 2016, a démontré que consommer 2,9 portions de fruits par jour à l’adolescence était lié à une diminution de 25 % du risque du cancer du sein quelques années plus tard, et ce comparé avec les adolescents qui ne mangeaient qu’une demi portion de fruits par jour.

L’étude a prouvé que certains fruits, à l’image des bananes, pommes et raisins, consommés à hauteur de deux portions par semaine à l’adolescence, étaient associés à un risque de cancer réduit. C’est également le cas pour une consommation hebdomadaire de deux portions d’oranges et de chou kale, durant la vingtaine.

3. Limitez votre consommation de graisses saturées

Une autre étude américaine datée de mai 2016 a indiqué que manger trop de graisses saturées à l’adolescence, et même une faible consommation de graisses mono et polyinsaturées, était liée à une densité mammaire plus importante chez la femme adulte. Ce qui, pour rappel, est l’un des facteurs de risque important du cancer du sein.

Les « mauvaises » graisses saturées sont notamment présentes dans les viandes grasses et les produits laitiers (fromages, beurre). A contrario, les « bonnes » graisses monoinsaturées se trouvent dans l’avocat ou l’huile d’olive.

4. Consultez régulièrement votre dentiste

Des chercheurs américains ont suivi 65 000 femmes âgées de 54 à 86 ans durant huit ans environ. Leurs résultats ont certifié que les sujets qui souffraient de maladies des gencives, telles que la parodontite ou la gingivite, avaient 14 % de chance en plus d’être atteints d’un cancer, et plus particulièrement d’un cancer du sein.

Cette enquête s’appuie sur une précédente étude qui corroborait ce lien entre ces deux affections. Pour certains scientifiques, les agents pathogènes seraient transportés par la plaque dentaire et la salive. Ils auraient ainsi la possibilité de passer des tissus de la gencive jusque dans le sang de l’individu.

5. Mangez des fibres

Les américains ont réalisé des recherches de grande ampleur sur 90 534 femmes afin de prouver qu’un apport plus grand en fibres lors de la période de l’adolescence, notamment des fruits et légumes, favorisait la réduction du risque de développer un cancer du sein en pré-ménopause.

Ainsi, les jeunes femmes qui consommaient plus de fibres abaissaient leur risque de contracter un cancer du sein de 12 à 19 %, par rapport à celles qui en mangeaient moins. L’étude a dévoilé que le danger d’avoir un cancer du sein reculait de 16 % et de 24 % en pré-ménopause.

Parmi les aliments qui renferment le plus de fibres, on trouve :

  • Les lentilles,
  • Les haricots rouges,
  • Les fruits,
  • Les légumes verts,
  • Et les céréales complètes.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER