Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Moins de risque de dépression chez les enfants actifs

Selon des chercheurs norvégiens, faire du sport protègerait les enfants de 6 à 8 ans contre la dépression durant leur enfance.

Moins de risque de dépression chez les enfants actifs © BraunSIstock.com

Plusieurs études ont déjà montré par le passé l'effet protecteur de l'activité physique contre la dépression chez l'adolescent et l'adulte.
Mais aucune ne s'était intéressée à ce lien chez les enfants.

Les travaux menés par des chercheurs de l'université de Science et Technologie (NTNU) de Trondheim (Norvège) ont montré pour la première fois qu'un niveau d'activité physique modéré à intense chez les 6-8 ans était associé à un risque plus faible de développer des symptômes dépressifs durant l'enfance.

Par niveau d'activité modérée à intense, ils se sont accordés à dire que l'enfant est essoufflé et transpire.

Les chercheurs ont suivi plus de 800 enfants âgés de 6 ans au début de l'expérimentation et continué à analyser les données, pour 700 d'entre eux, jusqu'à leurs 8 ans, puis 10 ans.

Ils ont utilisé des accéléromètres pour mesurer l'activité physique effectuée, des capteurs capables de déduire la vitesse et le déplacement d'objets mobiles ou de personnes.
Les parents des participants à cette étude ont également été mis à contribution en répondant à des questions sur la santé mentale de leur enfant.

Ils ont constaté que des enfants actifs à l'âge de 6 ans et à 8 ans, montraient 2 ans plus tard moins de signes dépressifs.
« Il s'agit d'une découverte importante qui suggère que l'activité physique peut être utilisée pour prévenir et traiter la dépression déjà dans l'enfance » explique Silje Steinsbekk, professeure agrégée au sein du département de psychologie de la NTNU.

Ces résultats, publiés dans la revue Pediatrics de février 2017, doivent désormais être testés au cours d'études aléatoires dans lesquelles les chercheurs augmentent le niveau d'activité physique des enfants et comparent les symptômes dépressifs des volontaires par rapport à ceux qui n'y participent pas, expliquent les chercheurs.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER