Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

L’Anses recommande de consommer plus de lentilles au détriment de la charcuterie

Selon un rapport de l’Anses, les Français devraient manger plus de céréales complètes et de légumineuses, et réduire leur consommation de boissons sucrées et de charcuteries.

Plus de lentilles au détriment de la charcuterie ©trexec Itsock.com

Pour mettre à jour les recommandations nutritionnelles actuelles, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) a déterminé, par un algorithme, quel régime alimentaire couvrirait les besoins nutritionnels de 97,5 % de la population adulte, tout en prévenant les maladies chroniques (diabète, certains cancers, obésité, maladies cardiovasculaires, etc.) et en limitant l'exposition à 89 substances chimiques et 9 polluants organiques persistants.

Résultat : les Français ne mangent pas assez de légumineuses (lentilles, fèves, pois chiches, etc.), une catégorie d'aliments pourtant riche en protéines, en fibres et en micronutriments, souligne Irène Margaritis, nutritionniste à l'Anses.

En moyenne, les femmes françaises en consomment 11 g par jour et les hommes, 15 g, et beaucoup n'en mangent jamais, alors que le niveau de consommation optimal serait d'au moins 36 g, et jusqu'à 100 g pour les femmes ayant un besoin en fer élevé.

L'orange pressée, une boisson sucrée

L'Anses appelle aussi à limiter à 500 g par semaine la consommation de viande hors volaille (environ 5 portions), à manger du poisson « deux fois par semaine » et à « réduire considérablement » la consommation de charcuterie, à 25 g par jour maximum.

La moitié de la population dépasse aujourd'hui cette quantité, et 5 % d'« accros » consomme plus de 66 g de charcuterie par jour.

« La consommation hebdomadaire française moyenne de viandes hors volaille est seulement de 370 g par personne (...), donc bien inférieure à ce seuil recommandé de 500 g par semaine », a réagi Interbev, organisation interprofessionnelle du bétail et de la viande, citant une enquête du Credoc de 2013.

Selon les données de l'étude INCA 2 utilisées par l'Anses, recueillies en 2006 et 2007, cette consommation était de 448 g en moyenne chez les hommes et 287 g chez les femmes.

Et plus question de compter le jus d'orange du matin dans les cinq portions quotidiennes de fruits et légumes : moins riches en fibres et en vitamines, les jus de fruits, même pur jus, sont inclus dans les boissons sucrées.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER