Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Alimentation : faut-il faire une cure détox après les fêtes ?

Après avoir accumulé les excès pendant les fêtes de fin d’année, vous êtes tentés de commencer un régime drastique ou une cure détox ? Découvrez les erreurs qu’il ne faut pas commettre en la matière.

Alimentation : faut-il faire une cure détox après les fêtes ? ©barbaraaaa IStock

En hiver, vous devez renforcer votre système immunitaire. Si vous suivez un régime draconien ou si vous jeûner pendant plusieurs jours, vous allez plutôt l’affaiblir. Alléger votre assiette ou mettre au repos votre système digestif signifie mieux s’alimenter.

Afin d’éliminer les toxines accumulées pendant les fêtes de fin d’année, il est nécessaire de rééquilibrer votre alimentation. Pour cela, vous pouvez faire une cure détox.

Une cure détox, c’est quoi ?

Le terme « détox » renvoie au travail d’élimination naturelle de l’organisme à l’aide des émonctoires, c’est-à-dire les organes comme le foie, les intestins et les reins. Ce sont de véritables usines qui servent à dépolluer votre organisme.

Pour mener à bien une cure détox, il s’agit de se nourrir avec des produits frais de saison. En hiver, la nature met à votre disposition, différents légumes racine (panais, betterave, navet, topinambour, céleri, carotte et courge). Ils vous apporteront de l’énergie grâce aux glucides qu’ils contiennent. Autres aliments qui sont à plébisciter : les légumes verts (brocoli, poireaux, épinards, choux, etc.). Cuits, ils seront riches en fibres et favoriseront le travail de vos intestins.

Si vous souhaitez vous lancer dans une cure détox composée uniquement de liquides (soupes, jus de légumes, tisanes, etc.), vous ne devez pas la suivre plus de deux jours. Afin de mieux digérer et drainer les déchets, pensez aux plantes suivantes :

  • le radis noir;
  • le fenouil;
  • l’artichaut;
  • le romarin;
  • le chardon-marie;
  • le bouleau;
  • le pissenlit;
  • le curcuma;
  • la fumeterre et;
  • la Reine-des-prés.

Diminuez les portions consommées

Plutôt que de jeûner ou s’affamer, il est recommandé d’alléger le contenu de votre assiette. Si vous arrêtez de vous alimenter, vous risquez de souffrir de maux de tête, de crampes et de fatigue, causés par la perte de sels minéraux. De plus, les premiers jours s’accompagnent d’une perte osseuse et musculaire, et non pas d’une perte de graisse, d’où la nécessité de faire le plein de calcium et de magnésium.

Le meilleur geste à faire après les fêtes est de diminuer les portions de protéines animales dans votre alimentation. Dites adieu également au sucre, au café, à la junk food et aux cuissons au barbecue. Ces derniers bloquent en effet le travail des fameux émonctoires. En suivant ces conseils, vous éviterez le sentiment de fatigue provoqué par l’accumulation des toxines.

Le jeûne : la solution miracle ?

Le jeûne connaît plusieurs variantes et notamment le « fasting » ou jeûne par intermittence qui est une solution intéressante pour détoxifier l’organisme après les fêtes. Cette technique, en provenance des Etats-Unis, consiste à ne rien manger durant au moins 16 heures. Pour y arriver, le plus simple est de ne rien consommer entre 21 heures et 13 heures le lendemain, tout en réduisant vos apports caloriques. Pour cela, vous devez opter pour des aliments moins riches en glucides et plus riches en végétaux. Si vous ressentez une légère fatigue, cela est normal mais ne vous inquiétez pas, aucune carence n’est à craindre. Seule recommandation : vous ne devez pas trop manger ni mal manger lors de vos deux repas autorisés dans la journée.

A contrario, selon plusieurs études menées sur le sujet, le jeûne complet peut avoir une visée plutôt curative pour les patients qui sont atteints de :

  • diabète;
  • cholestérol;
  • cibromyalgie;
  • cancer;
  • obésité et;
  • maladies inflammatoires.

Avant de commencer un jeûne, même par intermittence, vous devez absolument demander un avis médical auprès de votre médecin, et ce particulièrement si vous souffrez :

  • d’insuffisance rénale;
  • d’arythmies cardiaques;
  • d’hyperthyroïdie;
  • de troubles du comportement;
  • d’un décollement de rétine;
  • d’hypertension artérielle et;
  • de troubles du comportement alimentaires (anorexie ou boulimie).

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER