Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • Comprendre les maladies

    Comprendre les maladies

    Découvrez nos dossiers sur les maladies les plus courantes pour les prévenir.

Prévenir et guérir les allergies

En constante augmentation depuis de nombreuses années, les allergies sont devenues un véritable problème de santé publique. 20 à 25% d’entre nous en souffriraient.

Si les manifestations allergiques sont souvent bénignes, vivre avec au quotidien peut être très handicapant.

Prévenir et guérir les allergies

Qu’est-ce qu’une allergie ?

L’allergie est une réponse immunologique exagérée de l’organisme vis-à-vis d’une substance étrangère.
Elle apparaît en deux temps :

  • Une phase de sensibilisation se produit lors de la première rencontre avec l’allergène (pas de symptôme).
  • Une phase de révélation lors du deuxième contact avec apparition de symptômes.

Même si cette affection n’a pas de caractère héréditaire, un terrain allergique la favorise.

Allergie immédiate ou retardée, quelle différence ?

L’allergie immédiate

Elle touche les personnes ayant une prédisposition génétique et apparaît en deux temps :

  • la première exposition à l’allergène est asymptomatique. L'organisme sécrète des anticorps appelés immunoglobulines E (IgE) qui identifient l'allergène en cause et se fixent sur certaines cellules de défense de l’organisme ;
  • lors du deuxième contact, l’allergène stimule les cellules portant les immunoglobines, entrainant la libération d’une substance chimique (histamine) et déclenchant une réaction inflammatoire avec apparition de symptômes.


L'allergie retardée

Elle peut concerner tout le monde et se traduit principalement par des manifestations dermatologiques (eczéma de contact) liées au contact avec une substance allergène (ex. : parfum, nickel des bijoux, conservateurs,...). Ces manifestations surviennent au moins 48h après le contact avec l’allergène.

A quoi sommes-nous allergiques ?

Toute substance capable de provoquer une réaction allergique se nomme allergène.
Une personne peut être allergique à plusieurs allergènes (polysensibilisation).

Les allergènes respiratoires

  • Les acariens : invisibles à l’œil nu, ce sont des araignées microscopiques présentes dans le lit, la moquette, les tapis et autres textiles. Ils représentent 90% de la poussière de la maison et apprécient les lieux chauds et humides.
  • Les moisissures : présentes à l’intérieur et à l’extérieur des habitations, elles prolifèrent dans des endroits chauds et humides (sous-sols, salles de bains, tuyauteries…).
  • Les pollens : ils représentent une cause fréquente d’allergie, notamment ceux des herbacés, des arbres et, surtout, des graminées. Seuls les pollens transportés par le vent sont allergisants. La pollution atmosphérique les rend plus agressifs.
  • Les animaux de compagnie : chats, chiens, hamsters, chevaux ou oiseaux peuvent déclencher des réactions allergiques en raison des protéines allergisantes contenues dans leurs glandes sébacées, leurs glandes sudoripares ou leurs urines.


Les allergènes alimentaires

Ce type d’allergies se déclare souvent durant l’enfance. Les allergènes les plus souvent incriminés sont : le lait (caséine), les fruits à coque (noix, noisettes, amandes…), le gluten, les œufs, l'arachide, présente dans une grande variété d’aliments, souvent sous une forme masquée (bonbons, céréales, gâteaux, glaces, soupes et laitages).

Chez l'adulte, les principaux allergènes alimentaires en cause sont : certains fruits (pomme, poire, prune, pêche, abricot, fraise), poissons, mollusques, crustacés et le gluten. On parle d’allergies croisées lorsqu’une réaction allergique est déclenchée par deux substances différentes contenant les mêmes allergènes (exemple : cyprès et pêche).

Les antibiotiques (et plus particulièrement la pénicilline), les désinfectants à base d’iode, les vaccins, les produits de contraste utilisés en radiologie ou encore le sparadrap peuvent également être responsables d’allergies.


Les allergènes cutanés

Ce sont en particulier le latex (présent dans les tétines, les gants, préservatifs, …), les cosmétiques et les bijoux (notamment ceux contenant du nickel et du chrome).


Les venins

Au-delà de leur toxicité, les venins (guêpes, frelons, abeilles, serpents, méduses, vives…) sont également allergisants et peuvent déclencher une crise d’asthme.

Quels sont les signes de l’allergie ?

Ils varient en fonction de l’allergène et de l’âge de la personne.

Les signes respiratoires

Généralement bénins, ils sont néanmoins invalidants et sont présents tout au long de l’année, avec des pics saisonniers, surtout pour les pollens et les acariens.

  • La rhinite allergique (ou rhume des foins) : nez bouché et qui coule, démangeaisons, picotements des narines, éternuements et yeux rouges.
  • La sinusite allergique : signes de la rhinite allergique avec des douleurs au-dessous ou au-dessus de l’œil.
  • L’asthme allergique : spasme des muscles de la paroi des bronches, inflammation de la muqueuse et hypersécrétion de mucus. L’asthme allergique exige la consultation d’un médecin en urgence.


Les signes digestifs

Liés le plus souvent aux allergènes alimentaires, ces symptômes (douleurs abdominales, vomissements, reflux…) restent majoritairement bénins, mais parfois s’aggravent et se généralisent.


Les signes cutanés

On distingue différents types de réactions dermatologiques :

  • L’urticaire (petites plaques rouges qui démangent et disparaissent en quelques minutes). Fréquente et bénigne, elle n’est pas une allergie au sens propre du terme mais une réaction d’hypersensibilité dite retardée.
  • L’eczéma (plaques rouges sur une peau sèche, dans toutes les régions du corps et qui démangent).
  • Les signes oculaires : gênants, ils accompagnent souvent les autres symptômes de l’allergie. La conjonctivite allergique se reconnaît à des yeux rouges qui picotent, l’écoulement de larmes et des paupières gonflées.


Les signes généraux

Ils reflètent la gravité de la réaction allergique :

  • L’œdème de Quincke représente une urgence (risque d’asphyxie et d’évolution vers un état de choc). Il se traduit par un gonflement de la gorge, entraînant l’obstruction des voies respiratoires, du visage, des lèvres et de la langue.
  • Le choc anaphylactique est la manifestation la plus grave de l’allergie (danger de mort en l’absence de traitement efficace).

Allergies : comment s’en protéger ?

Contre les acariens et moisissures

  • Maintenir une température entre 18 et 19 °C dans son intérieur. Limiter le taux d’humidité (moins de 70 à 80% de taux hygrométrique).
  • Proscrire le duvet ou les oreillers en plumes ; préférer les matières synthétiques. Recouvrir le matelas d’une housse anti-acariens. Laver les draps toutes les semaines à une température supérieure à 60 °C.
  • Aspirer le matelas et le sol régulièrement. Au besoin, utiliser un aspirateur équipé d’un filtre HEPA (High Efficiency Particulate Air), qui retient les plus petits allergènes (acariens, moisissures, etc.) ;
  • Aérer quotidiennement.
  • Limiter le nombre de tapis et moquettes et le nombre de plantes dans la maison.
  • Nettoyer les poubelles aussi souvent que possible.
  • Eviter les aquariums.
  • Nettoyer la salle de bains chaque semaine avec de l’eau de Javel.
  • Limitez les peluches dans les chambres d’enfants.


Contre les pollens

  • durant les périodes de pollinisation, sortir le moins possible de la maison, fermer les fenêtres et suivre l’évolution via le site site du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), porter des lunettes en cas de sortie ;
  • au besoin, faire appel à un conseiller en environnement intérieur (CEI).
  • En voiture, fermer les vitres et utiliser des filtres anti-pollens.


Contre les allergies liées aux animaux domestiques

Eviter les chiens et chats en cas d’allergie ou à défaut :

  • les brosser toutes les semaines à l’extérieur de la maison et les laver fréquemment ;
  • passer l’aspirateur régulièrement ;
  • leur interdire l’accès aux chambres.


Contre les allergènes alimentaires

  • Exclure l’aliment en cause dans toutes ses formes.
  • Lire impérativement les étiquettes des produits avant de les consommer.
  • Ne pas reprendre le médicament responsable de l’allergie. Informer le corps médical afin d’éviter sa prescription.


Contre les allergènes cutanés

  • En cas d’allergie aux métaux, éviter les bijoux fantaisies et ne choisir que des parures en métal pur (or, argent) ou non métalliques. Opter pour un bracelet de montre en tissu.
  • En cas d’allergie aux cosmétiques, n’utiliser que des produits hypoallergéniques.
  • En cas d’allergie au latex, éviter tout contact avec des objets en contenant (préservatifs, bonnets de bains, ballons de baudruche…) Signaler l’allergie au corps médical. Porter une carte mentionnant l’allergie afin que toutes les précautions soient prises en cas d’accident.


Contre les piqûres venimeuses

  • Ne pas marcher pieds nus dans l’herbe.
  • Eviter de porter des vêtements de couleurs vives ou à motifs floraux.
  • Limiter l’utilisation de parfum, laque, shampooings parfumés.
  • Se tenir à l’écart des fleurs et des arbres fruitiers.
  • En présence d’une guêpe ou d’un frelon, rester calme et ne pas faire de gestes brusques.
  • Se couvrir les jambes et les bras lors des promenades en plein air.

En cas de piqûre accidentelle :

  • Enlever le dard.
  • Désinfecter la plaie.
  • Retirer les bagues avant que les doigts ne gonflent.

Comment effectuer le diagnostic d’allergie ?

En cas de soupçon d’allergie, il convient de consulter un spécialiste, qui effectuera un diagnostic via un interrogatoire précis et des tests :

  • tests cutanés ;
  • dosage de certains anticorps spécifiques (les IgE) ;
  • tests de provocation aux allergènes.

Comment se soigner ?

L’éviction

La protection contre l’allergène constitue l’arme la plus efficace, mais elle n’est pas toujours réalisable. Elle nécessite une application méticuleuse des différentes mesures de prévention.


Les médicaments

Ils permettent de soulager les symptômes mais ne soignent pas l’allergie :

  • Les anti-histaminiques : efficaces, ils neutralisent l’histamine libérée de façon exagérée lors des crises.
  • Les anti-inflammatoires et notamment la cortisone, utilisée dans les manifestations sévères de l’allergie mais qui génère des effets secondaires non négligeables.
  • Les décongestionants nasaux qui doivent être pris pendant une très courte durée.
  • Les collyres qui aident à atténuer les picotements et les rougeurs des yeux.
  • Les broncho-dilatateurs, employés dans l’asthme allergique, qui empêchent le spasme des bronches et facilitent la respiration.
  • Les traitements d’urgence qui interviennent en cas de réaction allergique grave (œdème de Quincke, choc) par le recours à l’adrénaline injectable et à la cortisone.


La désensibilisation

Seul traitement curatif, elle vise à familiariser l’organisme avec l’allergène en cause.
Le spécialiste injecte sous la peau de petites quantités de l’allergène purifié (pollen, acariens, poils d’animaux…), chaque mois pendant plusieurs années. La désensibilisation est réalisée soit :

  • par injection sous-cutanée (efficace mais risque de réaction) ;
  • soit par prise sublinguale (aussi efficace et moins risquée).

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici