Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • Comprendre les maladies

    Comprendre les maladies

    Découvrez nos dossiers sur les maladies les plus courantes pour les prévenir.

Comprendre et vaincre la grippe, le rhume et les angines

Grippe, rhume, angine, rhinopharyngite… Il est rare de passer l’hiver sans être confronté à l’un de ces maux.

En plein essor depuis plusieurs années, ils constituent ainsi une des causes de consultation médicale les plus fréquentes, notamment chez les enfants.

Mieux les connaître c’est se donner toutes les chances de mieux les combattre…

Comprendre et vaincre la grippe, le rhume et les angines

LA GRIPPE… ATTENTION DANGER !

Souvent considéré comme un mal bénin, la grippe constitue l’une des principales causes de mortalité par maladie infectieuse en France. Elle peut frapper n’importe où et n’importe qui, quel que soit son âge.

Des symptômes qui passent rarement inaperçus

A la différence d’un simple rhume, la grippe s’accompagne dès le début de symptômes intenses pendant 5 à 6 jours :

  • atteinte des voies respiratoires (nez, gorge, bronches);
  • signes de pharyngite avec toux sèche et rebelle;
  • frissons;
  • forte fièvre pouvant varier de 38 °C à 40 °C avec une évolution en V très caractéristique (forte pendant les 3-4 premiers jours, puis baisse pendant 24h suivie d’une remontée durant deux jours);
  • maux de tête;
  • douleurs musculaires et articulaires;
  • courbatures importantes;
  • grande fatigue pouvant durer plusieurs semaines;
  • voire dans certains cas, conjonctivite. 

Il arrive parfois que la grippe se manifeste aussi par des symptômes digestifs (nausées, vomissements, douleurs digestives), évocateurs d’une gastro-entérite.

Comment venir à bout de la grippe ?

D’origine virale, la grippe, ne bénéficie d’aucun traitement spécifique, si ce n’est la prise d’ibuprofène ou de paracétamol pour atténuer les symptômes. Il est également recommandé de bien s’hydrater et, éventuellement, de prendre de la vitamine C pour combattre la fatigue. Des antitussifs pour calmer la toux sont parfois utiles. Au bout d’une semaine, avec du repos, tout rentre généralement dans l’ordre.

Dans certains cas spécifiques, et de façon limitée dans le temps, le médecin peut prescrire, à titre préventif ou curatif, des traitements anti-grippaux spécifiques.

Comment éviter la grippe ?

Le meilleur moyen de prévention est la vaccination qui est :

  • efficace (de 60 à 90%) au bout de 15 jours après l’injection;
  • généralement bien tolérée.

Comme le virus mute d'une année sur l'autre, le vaccin est adapté chaque année.

Prudence chez les plus vulnérables

Certaines populations à risque doivent consulter dès l’apparition des premiers symptômes pour éviter toute complication :

  • les femmes enceintes;les personnes de plus de 65 ans (qui représentent la quasi-totalité des décès liés à la grippe);
  • les patients souffrant d’un affaiblissement du système immunitaire, d’obésité ou d'une maladie chronique, non vaccinés contre la grippe (diabète, maladie chronique cardiaque, respiratoire, rénale, hépatique, sanguine);
  • les enfants de moins de deux ans.

La vaccination est gratuite et particulièrement recommandée chez ces personnes.

L’ANGINE… SOUVENT BÉNIGNE MAIS À SURVEILLER !

L’angine est une inflammation de la gorge et des amygdales situées au fond de la gorge. L’angine virale est la plus fréquente (de 50 à 90 % des cas selon l’âge). Les symptômes sont généralement : un mal de gorge entraînant une difficulté à avaler, de la fièvre (entre 38 ° et 39 °C) et également une toux, un rhume, des troubles digestifs.

Comment savoir si l’on a une angine ?

L’examen de la gorge permet au médecin de poser le diagnostic : les amygdales augmentent de volume et sont soit uniformément rouges (angine rouge), soit couvertes d’un enduit blanchâtre (angine blanche). En complément, le test de diagnostic rapide de l’angine permet au médecin de déterminer si l’angine est d’origine virale ou bactérienne. En cas de résultat positif, l’angine est due au streptocoque A et nécessite un traitement par antibiotique. En cas d’angine virale, aucun traitement antibiotique ne sera prescrit.

Que l’angine soit virale ou bactérienne, elle guérit le plus souvent en une petite semaine et les complications sont assez rares.

LE RHUME OU LA RHINOPHARYNGITE… BANALS MAIS TRÈS CONTAGIEUX !

Un mal bien connu des parents

Qui peut se targuer de n’avoir jamais eu de rhinopharyngite au cours de sa tendre enfance ? Appelée couramment rhume chez l’adulte, cette inflammation de la cavité nasale et du pharynx est la pathologie infectieuse la plus fréquente chez l'enfant. Entre 6 mois et 6 ans, chaque enfant présente en moyenne quatre à cinq épisodes de rhinopharyngite par an !

Les facteurs de risque

Le tabagisme des parents, un terrain allergique, et même l’existence d’un reflux gastro-œsophagien sont des facteurs favorisants la survenue de rhinopharyngites chez l’enfant. 
Les virus responsables des rhumes et rhinopharyngites se développeraient également plus facilement dans les zones plus fraîches du corps comme la cavité nasale. Alors, pensez à l’écharpe pour garder votre nez au chaud !


Des symptômes modérés

La rhinopharyngite débute par un mal de gorge et par une fièvre modérée, souvent inférieure à 39° C, qui durent de 1 à 3 jours. Puis surviennent des éternuements, le nez se bouche avant de couler (d’abord clair et fluide, puis plus épais). Une toux peut également persister plusieurs jours.

Comment traiter une rhinopharyngite ?

Dans la majorité des cas, cette maladie guérit spontanément en moins de dix jours. Le traitement vise essentiellement à soulager les symptômes (fièvre, mal de gorge, mal de tête…) et laver le nez régulièrement dans la journée. 

En cas de rhume chez l’adulte, on peut utiliser :

  • des décongestionnants sous forme de vaporisateurs nasaux (de façon limitée dans le temps pour éviter d’irriter les muqueuses du nez et provoquer une inflammation chronique);
  • des médicaments à base de soufre en cas de rhinopharyngite chronique.


Les antibiotiques étant inefficaces sur les virus, ils n’ont aucun intérêt en cas de rhinopharyngite. Ils ne seront prescrits qu’en cas de complications (otite, bronchite, sinusite, laryngite…).
En cas de signes d’aggravation (fièvre de 40°C ou plus, diarrhées, vomissements, douleur dans l’oreille…), il est important de consulter rapidement son médecin.

De la rhinopharyngite à l’otite…

Les rhinopharyngites traînantes ou récidivantes chez l'enfant favorisent la survenue d’otites. 

Près des deux tiers des enfants auront une otite avant l’âge de 3 ans.

Il existe deux formes d’otites :

  • l’otite moyenne, qui se traduit par des douleurs lancinantes, parfois très intenses, avec une impression de chaleur intense au fond de l'oreille et une fièvre autour de 38,5° C;
  • l'otite séreuse, peu douloureuse, mais redoutable car elle peut abimer de façon durable le tympan et entraîner une perte de l’audition. Cette otite traduit un état inflammatoire chronique de l'oreille moyenne.

En cas d’otite, il est indispensable de consulter un médecin qui pourra prescrire des antibiotiques (otite moyenne), un traitement antidouleur, des anti-inflammatoires et un lavage fréquent du nez.

Gare à l’automédication !

Prudence avec les gouttes auriculaires ! Elles sont contre-indiquées si le tympan est percé. Seul un médecin peut les prescrire après avoir examiné l'oreille et vérifié que le tympan n’est pas touché.

Des otites négligées ou mal soignées peuvent entraîner un épaississement et une dégradation du tympan pouvant conduire à une perte d’audition.

LES SINUSITES

Ce qu’il faut savoir

D’origine virale le plus souvent ou bactérienne, la sinusite est une inflammation, des muqueuses tapissant les sinus, cavités osseuses en arrière des fosses nasales, avec lesquelles elles communiquent. Les facteurs favorisant la survenue d’une sinusite sont les rhinopharyngites, les polypes nasaux, une déviation de la cloison nasale ou une infection dentaire. Les sinusites aiguës ne durent pas plus d’1 mois alors que les sinusites chroniques, persistent plus de 3 mois et sont souvent d’origine allergique.

La sinusite se manifeste par :

  • une douleur typique de la face, au-dessus des sourcils, autour et derrière les yeux, au nez;
  • une sensation de pression dans la zone des sinus, qui s’accentue quand on penche la tête en avant;
  • une congestion nasale (nez bouché) ou des sécrétions nasales (épaisses et verdâtres en cas de sinusite bactérienne, claires en cas de sinusite virale);
  • souvent, une fièvre légère, un malaise général, une diminution de l’odorat;
  • des douleurs aux dents et à la mâchoire du haut;
  • parfois une toux grasse.


Comment traiter la sinusite ?

Le traitement de la sinusite vise essentiellement à soulager la douleur et à décongestionner les sinus. En effet, la sinusite guérit souvent sans traitement, en moins d’1 mois. On a recours à des antalgiques et/ou à des anti-inflammatoires. Le médecin prescrit parfois, en vaporisation nasale, des corticostéroïdes ou des décongestionnants pour diminuer l'inflammation.

Lorsque la sinusite résulte d’une infection bactérienne, des antibiotiques peuvent être utilisés, généralement de 7 à 10 jours. Le traitement est parfois prolongé en cas de sinusite chronique. 
En cas de sinusite chronique ou à répétition due à des allergies, il peut être recommandé de suivre un traitement de désensibilisation.

Conseils pour limiter la propagation des virus et des bactéries.

  • Limiter au maximum les contacts entre les personnes malades et leur entourage.
  • Eviter d’embrasser son enfant sur le visage si l’on est enrhumé.
  • Se laver les mains régulièrement avec eau et savon (30 secondes) ou une solution hydro alcoolique et si possible après s’être mouché, avoir toussé ou éternué.
  • Se moucher dans des mouchoirs en papier, à jeter après usage.
  • Ne pas cracher par terre mais dans un mouchoir jetable.
  • Se couvrir la bouche ou le nez à chaque toux ou éternuement (mouchoir jetable ou manche au niveau du pli du coude).
  • Aérer sa maison au minimum une fois par jour, maintenir une température entre 18° C et 20° C et éventuellement humidifier l’air (humidificateur ou saladier d’eau froide en haut d’une armoire!).
  • Nettoyer les objets utilisés par le malade.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici