Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • Comment mieux bouger ?

    Comment mieux bouger ?

    Découvrez nos dossiers sur l'activité physique et nos conseils pour l'adapter à votre quoditien.

Accidents domestiques : comment les éviter

Dans 8 cas sur 10, les accidents domestiques pourraient être évités.

Voici les bons réflexes à adopter et quelques conseils de prévention.

Accidents domestiques : comment les éviter

Habitat : déminez les pièces à risque

Responsables de 20 000 décès par an, les accidents de la vie courante ont principalement lieu dans l’habitat et le jardin. Quelles pièces sont les plus dangereuses et comment éviter les pièges ?

Une maison recèle de multiples dangers, particulièrement pour les plus petits… État des lieux des risques à déjouer et des précautions à prendre.

  • La cuisine : attention aux casseroles remplies de liquides brûlants ! Ne placez aucun récipient ou plat chaud sur le bord de la table ou du plan de travail. Tournez les manches des poêles vers l’intérieur des plaques de cuisson. Ne laissez jamais à portée de main couteaux, objets tranchants et sacs en plastique. Installez des bloque-tiroirs et débranchez les appareils ménagers dont vous ne vous servez pas.
  • La chambre : mettez hors de portée des bébés tous les petits jouets et objets (briques de construction, billes…). Bloquez l’ouverture des fenêtres par un système de sécurité et ne placez aucun meuble en dessous. Les prises devraient être équipées de dispositifs de sécurité. Évitez d’encombrer le lit de peluches, coussins et poupées.
  • Le salon : si vous avez une cheminée, ne l’allumez jamais avec de l’alcool et équipez-la d’un pare-feu. Ne laissez pas de bougies allumées à la portée d’un enfant. Pour éviter les doigts coincés et les bosses, prévoyez bloque-portes et protège-coins de table. Attention à l’apéritif ! Vérifiez que les tout-petits n’aient pas accès aux amuse-bouche (cacahuètes, olives…).
  • L’escalier : 10 % des accidents domestiques y ont lieu. Pour éviter les chutes, installez des barrières de sécurité amovibles en bas et en haut de l’escalier, voire un détecteur de lumière pour la nuit.
  • La salle de bains : pensez à ranger médicaments et produits ménagers en hauteur ou dans un placard fermé à clé ou par un système de sécurité. Vérifiez toujours la température du bain à l’aide d’un thermomètre. Vous pouvez aussi installer des dispositifs qui permettent de la contrôler directement aux robinets. N’oubliez pas qu’un bébé peut se noyer dans à peine 20 cm d’eau. Ne le laissez jamais seul, même si vous utilisez un siège de bain ou un tapis antidérapant. N’ouvrez pas l’eau du robinet à proximité d’un appareil électrique en marche (sèche-cheveux, rasoir…).
  • Le garage : si vous y stockez des produits chimiques, refermez-les soigneusement après usage et conservez-les dans leur emballage d’origine. Aérez régulièrement la pièce. Si vous bricolez, équipez-vous d’un masque et/ou de lunettes et de gants. Pensez à ôter vos bijoux, une bague qui reste accrochée peut arracher un doigt ! Assurez-vous que l’escabeau ou l’échelle soit bien stable avant d’y monter.

Prudence à tous les âges de la vie !

En France, un accident domestique grave se produit toutes les 3 minutes environ.
Les tout-petits sont principalement exposés, mais ils ne sont pas les seuls ! Chacun doit faire preuve de vigilance.

1. Prudence avec les 18 mois-3 ans !
Une fois qu’il sait se déplacer seul, le tout-petit part en exploration, sa curiosité s’éveille. La maison devient alors un vaste terrain de jeux. N’hésitez pas à l’accompagner dans ses découvertes en lui montrant les bons gestes à adopter et en identifiant avec lui les situations dangereuses. Sans céder à la panique, suivez chacun de ses déplacements et balisez le terrain en installant barrières de sécurité et dispositifs de sécurité (cache-prises, bloque-tiroirs…). Attention aussi à ne pas le laisser seul dans une pièce avec un animal domestique.

2. Vigilance avec les 3-5 ans
Autonomes, curieux et audacieux, les enfants de cette tranche d’âge savent ouvrir les portes et descendre les escaliers seuls. Chutes, défenestrations, brûlures et intoxications sont toujours possibles. Gare aussi au jardin, un nouveau terrain d’exploration ! Les enfants, même s’ils ne sont pas encore conscients des dangers, peuvent néanmoins comprendre les interdits. Verbalisez et faites preuve de pédagogie tout en adoptant les bons gestes : pas de chaise sous une fenêtre, appareils électroménagers débranchés et médicaments placés en hauteur !

3. Préados et ados : l’âge de tous les défis
À l’image du jeu du foulard, qui provoque un risque d’étouffement, les 10-16 ans aiment les situations périlleuses. Mettez-les en garde en expliquant les risques. Le décès par arme à feu survient principalement au domicile des parents. Si vous possédez un pistolet ou un fusil, déchargez-le et mettez-le sous clé. Rangez vos bouteilles d’alcool en lieu sûr et secret. Gare aussi au portable qui ne doit jamais être utilisé à proximité du bain ou sous la douche ! Le consulter dans l’escalier est par ailleurs une mauvaise idée…

4. Adultes, le risque existe aussi !
Les accidents domestiques représentent la troisième cause de décès chez l’adulte. Pourtant, beaucoup sont évitables. En ligne de mire, la chute ! Pour y pallier, prenez garde aux coins de tapis ou moquette qui dépassent. Libérez également les passages de tout ce qui encombre ou dérange. Attention : si vous devez grimper sur une chaise ou un escabeau, vérifiez sa stabilité ! Les barbecues et friteuses sont également sources de brûlures. Pensez enfin à faire vérifier votre chaudière chaque année.

5. Seniors : le danger est partout…
Après 65-70 ans, l’équilibre est moins stable, les os, plus fragiles et le risque de chute, plus important, puisqu’il touche un senior sur trois. Beaucoup d’objets de la vie courante deviennent dangereux : tapis, douche, baignoire… Pensez à vous équiper : rampes et mains courantes, capteurs de mouvements permettant d’allumer la nuit ou tapis antidérapant. Évitez également les fils électriques qui traînent. Les intoxications médicamenteuses sont également courantes. Mieux vaut utiliser un pilulier ou des boîtes journalières et vous faire aider de votre pharmacien pour ne pas risquer une surdose ou une association malheureuse.

Bébés : les premières victimes

Selon l’INPES, 2000 enfants de moins de 6 ans sont victimes chaque année d’accidents domestiques. Mieux vaut prévenir que subir, en anticipant les dangers. Suivez le guide !

Les trois premières années de vie sont les plus risquées pour bébé, qui part à la conquête de son entourage proche. Pour éviter que ses découvertes ne soient périlleuses, protégez son environnement.

  • Vigilance face au risque de mort subite du nourrisson : ne couchez pas votre bébé sur le ventre. Enlevez couette et doudous et ne fumez jamais dans la maison.
  • Prévenez la chute de la chaise haute, la table à langer ou le canapé. C’est l’accident le plus fréquent avant 6 ans. Ceintures, barrières de sécurité et vigilance de chaque instant sont nécessaires ! Positionnez également votre enfant face à vous.
  • Évitez tout risque de noyade dans le bain en ne laissant jamais bébé seul. Prévoyez d’avoir sous la main tout ce dont vous aurez besoin pour la toilette et le change, sans oubliez d’éteindre votre téléphone.
  • Attention à l’intoxication ! Rangez médicaments et produits ménagers en hauteur. Ne les transvasez jamais dans un contenant alimentaire et optez pour des bouchons sécurisés.
  • Gare à la brûlure ! Équipez-vous d’une porte isotherme pour le four. Testez toujours la température du biberon en versant quelques gouttes sur votre peau.
  • Veillez à éviter l’électrocution. Quand bébé commence à ramper, faites vérifier vos installations électriques et bloquez toutes les prises avec des dispositifs sécurisés.
  • Parez à tout risque d’étouffement en évitant couette et couverture dans le berceau et couffin et en limitant le nombre de peluches. Veillez également à ce que les jouets soient conformes aux normes en vigueur.

Premiers secours : formez-vous !

En 2016, moins de 10 % des Français maîtrisaient les gestes de premiers secours.
Pourtant, savoir réagir en cas d’urgence peut sauver une vie. Tour d’horizon des gestes utiles à connaître et des principales associations qui les dispensent.

Malaise cardiaque, étouffement, saignement… Pour mieux anticiper l’urgence, il faut connaître les bons gestes.

  • Position latérale de sécurité : si la victime est accidentée ou inconsciente, allongez ses jambes côte à côte dans l’axe du corps. Pliez son coude en gardant sa paume tournée vers le haut. Saisissez l’autre bras en plaçant le dos de sa main contre son oreille. Attrapez la jambe la plus éloignée et relevez-la en gardant son pied au sol, puis faites rouler doucement la victime sur le côté. Ouvrez enfin sa bouche d’une main avec le pouce et l’index sans mobiliser la tête.
  • Compression abdominale : en cas d’étouffement par un corps étranger, tenez-vous derrière la victime en plaçant vos bras autour de la partie supérieure de son abdomen. Penchez-la en avant en maintenant un de vos poings fermés entre le nombril et l’extrémité inférieure du sternum. Enfoncez votre poing vers vous et vers le haut. Réitérez si besoin 5 fois la manœuvre.
  • Bouche-à-bouche : à pratiquer si la victime est inconsciente et ne respire pas ou peu. Basculez la tête vers l’arrière et soulevez son menton. Placez une main sur son front puis pincez-lui les narines entre le pouce et l’index. Maintenez de l’autre main son menton pour que sa bouche ne s’ouvre pas. Puis insufflez lentement et régulièrement de l’air dans sa bouche pendant une seconde.

Moyennant un peu de temps et de motivation, de nombreuses formations existent aujourd’hui.

  • Formation Prévention et secours civique de niveau 1 (PSC1) avec les Sapeurs- pompiers de France : une formation de 7 heures (une journée) pour savoir faire un massage cardiaque, protéger une victime ou effectuer les premiers gestes en attendant les secours. Les Unions départementales de sapeurs-pompiers forment chaque année 100 000 personnes partout en France. Renseignez-vous, il existe sûrement une session à côté de chez vous !
    www.udsp(chiffre-de-votre-département).fr
  • Initiation aux premiers secours avec la Croix-Rouge : l’organisme propose un vaste choix de formations. Une session d’initiation de 1 h 30 permet de se sensibiliser à la prise en charge de l’urgence de base. Autre option, un module spécifique d’initiation aux premiers secours pour les nourrissons et enfants d’une durée de 4 heures. Son objectif : prévenir les accidents domestiques et savoir réagir en cas d’étouffement, de syndrome de bébé secoué ou de perte de connaissance. www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici