Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Le bon cholestérol, à surveiller au même titre le mauvais

Selon une récente étude américaine, le bon cholestérol ne serait pas toujours bon pour la santé. Pour cause, un niveau trop élevé du HDL (lipoprotéine de haute densité), appelé bon cholestérol serait un facteur de risque de décès prématuré.

Le bon cholestérol, à surveiller au même titre le mauvais © Henrik Dolle/Istock.com

Des scientifiques de l'Université de Washington, aux Etats-Unis, ont cherché à comprendre si le fameux bon cholestérol - le HDL - jouait toujours un rôle bénéfique pour la santé.

Publiée dans la revue « Clinical Journal of the American Society of Nephrology », cette étude épidémiologique a été menée auprès de 1,7 million d'anciens combattants de sexe masculin durant une dizaine d'années.

Malgré le rôle protecteur sur les artères du HDL qui transporte le cholestérol vers le foie, trop bas ou trop élevé, il s'avère mauvais pour la santé.

Risque de décès prématuré

D'après les résultats, les patients atteints de maladie rénale ont montré plus souvent des niveaux inférieurs de cholestérol HDL, ce qui pourrait expliquer leur risque plus important de décès prématuré. Par ailleurs, des niveaux de HDL cholestérol trop élevés comme trop faibles sont associés à un risque accru de décès et quel que soit la santé rénale des participants.

Autrement dit, il existe une relation entre les niveaux de cholestérol HDL et la mortalité avec un risque de décès accru aux deux extrémités de la fourchette des taux.

Surveiller tous les 5 ans

Pour limiter l’accumulation du mauvais cholestérol dans les artères, la vitamine E, la vitamine C, la β-carotène présent dans les fruits et légumes et les omégas 3 sont recommandés.

Idem pour l’orge et l’avoine qui selon une étude canadienne réduirait les risques de maladie cardiovasculaire de 7 %. En médecine préventive, la Fédération française de cardiologie recommande de surveiller son taux de cholestérol à partir de dix-huit ans et tous les cinq ans.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici