Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Les effets inattendus des édulcorants chimiques

Une étude* rapporte que les édulcorants chimiques ont un effet direct sur l’appétit notamment.

Leurs effets zéro calorie sont souvent vantés dans le cadre de régime, d'obésité ou de diabète. Pourtant, les édulcorants chimiques, substituts du sucre, stimuleraient l'appétit et feraient ainsi consommer jusqu'à 30% de calories supplémentaires, selon une étude, parue dans "Cell Metabolism".

Les effets inattendus des édulcorants chimiques ©bluecinemaIstock.com

Des chercheurs australiens de l'université de Sydney ont pour la première fois étudié l'impact des édulcorants de synthèse sur le cerveau de l'homme et de l'animal. Conseillés aux personnes qui doivent contrôler leur consommation de sucre, ces produits sont pourtant montrés du doigt par cette étude.

Insomnie, hyperactivité et intolérance au glucose

Dans le monde, des milliards de personnes consomment régulièrement du sucralose, un substitut du sucre sans nutriment ni calorie, obtenu à partir du saccharose, le sucre de table courant.
On le trouve notamment dans la plupart des sucrettes vendues dans le commerce. Les autres édulcorants les plus connus, utilisés comme additifs alimentaires, sont l'aspartame, l'acésulfame-potassium, le neotame, l'alitame, le cyclamate et la saccharine.

Les mouches, sujets de l'expérience, ont suivi ce type de régime pendant au moins 5 jours. Les résultats ont montré que l'exposition chronique aux édulcorants favorisait l'hyperactivité, l'insomnie, l'intolérance au glucose, une perception du goût sucré renforcé et une hausse de l'appétit et des calories consommées. De plus, un constat similaire a été observé chez les souris.

Une perception cognitive modifiée

En effet, les chercheurs ont observé que les substituts au sucre changeaient la manière dont le cerveau percevait le gout sucré au niveau des centres de récompense en l'accentuant, créant un déséquilibre entre le sucre et le niveau de glycémie ce qui incitait à manger davantage. C'est comme si le cerveau disait au sujet qu'il n'a pas assez mangé, reproduisant le fait d'être affamé et de trouver la nourriture encore meilleure.

Quand on consomme du "vrai sucre", de la dopamine est libérée dans le cerveau et le niveau de glucose monte dans le sang, ce qui correspond à une deuxième stimulation produisant de la dopamine.

Dans le cas des édulcorants, la dopamine produit une sensation de plaisir, mais le second effet ne peut avoir lieu puisque l'édulcorant sans sucre n'a pas d'action sur la glycémie.
Du coup, l'organisme réclame un apport calorique pour compenser.

Une précédente étude publiée en 2014 dans l'American Journal of Public Health concernant la consommation de boissons allégées montre que les personnes en surpoids et obèses mangent davantage quand elles boivent "light". La consommation de ces boissons inciterait ces consommateurs à s'autoriser un surplus de nourriture allant en moyenne de 88kcal par jour pour les personnes en surpoids, à 194 kcal pour les obèses.

*Une étude australienne

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici