Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Faire du sport pendant une certaine période du cycle féminin en augmenterait les bienfaits

Selon les récentes recherches d’une étudiante en doctorat, les deux premières semaines du cycle hormonal constitueraient la période optimale pour bénéficier au mieux de son entraînement.

sport pendant le cycle féminin ©TempuraIstock.com

Lisbeth Wikström-Frisén, une étudiante en doctorat au Département de médecine des collectivités et de réadaptation à l'Université d'Umea en Suède, et auteure de l'étude, a voulu étudier la manière dont une femme pouvait optimiser son entraînement en se fondant sur son cycle hormonal.

Son étude porte sur un groupe restreint de 59 femmes, qui ont pris part à un programme de renforcement musculaire de la jambe de 4 mois.

Un groupe de participantes a suivi un programme d'entraînement haute fréquence (5 fois par semaine) les deux premières semaines de chaque cycle, un autre groupe a suivi le même programme pendant les deux dernières semaines du cycle.

Wikström-Frisén a également comparé les femmes prenant la pilule contraceptive et celles qui ne la prenaient pas.

L'incidence sur la force et la masse musculaires étaient plus importants les deux premières semaines que les deux dernières. Les femmes tireraient donc à cette période du cycle plus de bénéfices de leurs séances sportives sans nécessairement augmenter le nombre de sessions.

Si l'étude ne montre pas de différence notoire entre celles qui prennent un contraceptif à base d'hormones et celles qui ne prennent pas la pilule, Lisbeth Wikström-Frisén a aussi prêté attention aux taux de cortisol de 33 autres femmes sur neuf mois.

Les résultats dépendent effectivement de la saison mais les femmes qui prenaient la pilule témoignaient en général de taux plus élevés de l'hormone du stress.
« Les variations du taux de cortisol ont de l'importance lorsqu'il s'agit d'optimiser l'entraînement sportif des femmes », commente la jeune étudiante.
« L'observation d'un taux élevé de cortisol chez les femmes prenant la pilule est souvent interprétée comme le résultat d'un surentraînement, mais ce n'est pas nécessairement le cas, comme le montrent nos résultats ».

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici