Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Cancers : les thérapies ciblées améliorent la survie des patients à un stade avancé

Selon les résultats d’un essai clinique français dévoilé le samedi 1er avril 2017, la survie de patients à un stade avancé du cancer a pu être améliorée à l’aide des thérapies ciblées.

Cancers ©bluecinema Istock.com

L'étude Moscato dirigée par l'Institut Gustave Roussy (Villejuif, près de Paris), parue dans la revue américaine Cancer Research, a porté sur les cancers les plus fréquents (poumon, sein, colon, prostate etc.) et plus d'une vingtaine moins fréquents.

Cette « médecine de précision » est basée sur l'hypothèse qu'on peut optimiser le traitement en s'appuyant sur les caractéristiques génétiques (mutations ou autres altérations) de la tumeur pour mieux la combattre.

Ces anomalies peuvent être décelées dans des cancers touchant différents organes.

Les analyses du matériel génétique (génome) de la tumeur permettent de repérer ses points de vulnérabilité, (mutations ou autres altérations), contre lequel on peut agir et proposer une thérapie ciblée, essentiellement des médicaments expérimentaux.

L'étude s'est déroulée à Gustave Roussy entre novembre 2011 et mars 2016, en incluant 1 035 patients adultes atteints d'un cancer avancé, non opérable ou métastatique, dont la maladie continuait de progresser malgré les traitements.

Les chercheurs ont pu obtenir une biopsie de la tumeur chez 948 patients et ont pu établir la carte génétique tumorale pour 843 patients, ce qui représente l'analyse de milliers de gènes.

Chez environ la moitié des patients, des mutations contre lesquelles il est possible d'agir ont été trouvées.

Dans l'ensemble, la médiane de survie globale était de près d'un an (moins pour la moitié des patients, plus pour les autres), contre une médiane de survie en général de 3 à 6 mois, relève le professeur Jean-Charles Soria (Gustave Roussy/Inserm/Université Paris-Sud), co-auteur de l’étude, ajoutant que des patients de l'enquête sont vivants 3 ans après le traitement.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici