Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

Bisphénol A : les garçons exposés in utero risquent davantage la dépression et l’anxiété à l’adolescence

Des chercheurs américains ont découvert que les garçons exposés in utero au bisphénol A (BPA), auraient plus de risques de développer des symptômes d'anxiété et de dépression vers 10-12 ans.

Le bisphénol A, ce produit chimique que l’on retrouve souvent dans les plastiques, est une nouvelle fois pointé du doigt.

Bisphénol A : les garçons exposés in utero risquent davantage la dépression et l’anxiété à l’adolescence © mediaphotos/Istock.com

Pour les besoins de cette étude publiée dans la revue Environmental Research, des chercheurs américains de Columbia ont suivi 241 femmes enceintes non fumeuses et leurs enfants. Ils ont mesuré la quantité de Bisphénol A absorbée grâce à des échantillons d'urine des mères au cours de leur troisième trimestre de grossesse. Trois prélèvements ont été effectués chez les enfants à l'âge de 3, 5 et 10-12 ans. A l'issue de la période, ils ont passé des tests psychologiques pour évaluer d'éventuelles signes de dépression et d'anxiété.

Les garçons dont les niveaux d'exposition prénatale au BPA étaient les plus hauts sont ceux qui ont manifesté le plus de symptômes de dépression et d'anxiété.

En revanche, aucune de ces associations n'est retrouvée chez les filles. Ainsi, au regard de l’étude, le cerveau masculin serait plus sensible au cours du développement prénatal.

Toujours présent dans les produits ménagers

Des risques d'anxiété et de dépression particulièrement inquiétants selon les chercheurs car ils peuvent interférer avec la capacité de l'enfant à se concentrer, à socialiser et à réussir à l'école.

Bien qu’il soit interdit en France dans les biberons puis dans les contenants alimentaires et les tickets de caisse, le bisphénol A subsiste via de nombreux produits ménagers, et quelles que soient les études, on en retrouve toujours des traces dans les urines.

Recommandation : évitez les contenants en plastique portant les chiffres 3 et 7, remplacez les conserves par des produits surgelés ou frais et, si possible, choisissez les bocaux en verre, porcelaine, ou acier inoxydable, particulièrement pour la nourriture chaude et les liquides.

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici