Prévenir, c'est sourire à la vie.

  • S'informer pour prendre sa santé en main

    S'informer pour prendre sa santé en main

    Les dernières actualités en matière de nutrition, d'activité physique ou de maladies.

L'art thérapie peut-elle réduire les symptômes de l'anxiété ?

Une nouvelle étude américaine vient confirmer une fois encore les bienfaits de l'art thérapie. Une seule séance de 45 minutes d'activités artistiques suffisent à réduire le stress, peu importe l'âge ou le niveau.

Des chercheurs américains de la Drexel University ont étudié les données de 39 adultes âgés de 18 à 59 ans ayant participé à des activités artistiques lors d'une séance de 45 minutes. Leur taux de cortisol a été relevé avant et après la session, via des prélèvements de salive.

L'art thérapie peut-elle réduire les symptômes de l'anxiété ? ©vgajic | Istock.com

À l'issue de l'expérience, les chercheurs ont constaté que 75 % des pratiquants avaient vu leur taux de cortisol baisser. Et ce sans aucune corrélation entre les taux affichés et le niveau d'expérience artistique.

D'ailleurs, le niveau d'anxiété a diminué chez la plupart des patients, et même dès les 5 premières minutes pour certains. D'autres ont déclaré être moins hantés par des pensées parasites et ont réussi à mettre les choses en perspective.

« La cortisol est essentielle pour notre fonctionnement »

Cependant, environ 25 % des participants ont enregistré des niveaux plus élevés de cortisol. Un phénomène que les chercheurs expliquent par :

  • l'état d'éveil accru suscité par le fait de créer et un niveau d'engagement et d'implication plus élevé,
  • autre facteur, le type d'activités. Dessiner et malaxer de l'argile seraient plus relaxants qu'assembler des collages.

« Une certaine quantité de cortisol est essentielle pour notre fonctionnement. Par exemple, nos niveaux de cortisol varient pendant toute la journée - les niveaux sont au plus haut le matin parce que cela augmente notre énergie pour démarrer la journée », explique le Dr Kaimal, coauteur de l'étude.

L'idée est désormais de prolonger cette étude avec la mesure d'autres biomarqueurs comme l'ocytocine, l'hormone de l'attachement.  

NOS PARTENAIRES

  • CURIE
  • EPM NUTRITION
  • LIGUE CONTRE LE CANCER

Informations sur les cookies
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations cliquez ici